Pourquoi la préparation physique ?

Essence même de toute pratique sportive, la préparation physique du cavalier en est actuellement à son balbutiement... S’il apparaît naturel d’optimiser les capacités physiques de nos équidés, pourquoi alors ne pas tendre vers une optimisation de celles du cavalier ?

Qui n’a jamais terminé une randonnée, une reprise, une course, un parcours ou un cross en étant plus fatigué que son cheval ? Qui ne s’est jamais retrouvé « rincé » ou « sur les rotules » après avoir monté plusieurs heures dans la même journée ? S’il n’est pas dans nos habitudes de l’affirmer, il apparaît toutefois intéressant d’essayer d’y remédier !

Fondamentale dans l’entraînement d'un sportif, les enjeux de la préparation physique pour la formation et la progression des cavaliers sont très souvent sous-estimés, voir insoupçonnés.

Toute technique sportive est conditionnée par les moyens physiques à mettre en œuvre. La préparation physique se pose alors comme une réponse efficace aux décalages entre le profil du cavalier, ses capacités, et les exigences des épreuves.

La préparation physique est au cavalier ce que le travail sur le plat est au cheval.

 

Dans quels buts ?

  • Rechercher le bien être du cavalier et du cheval.
  • Adapter son attitude à cheval pour permettre une meilleure locomotion du cheval (harmonie du couple cheval/cavalier).
  • Diminuer le risque de blessure et de chute du cavalier.

 

Par quels moyens ?

  • S'échauffer.
  • Se renforcer musculairement.
  • S'étirer.

Le cavalier peut également compléter sa condition physique grâce à la pratique d'autres activités sportives : marche, course à pied, natation, vélo, gymnastique...

 

A quel moment ?

La préparation physique peut s’effectuer à tout moment, dès lors qu’elle s’inscrit dans une démarche consciente et orientée du cavalier. Un temps spécifique peut lui être consacré, mais elle peut également se réaliser :

  • Dès la phase de pansage, en exagérant les mouvements du corps lorsqu'il passe la brosse sur le corps et les membres de sa monture ;
  • Pendant la détente, en profitant des phases d'allure au pas pour exécuter quelques exercices d'échauffement à cheval ;
  • Après la reprise, en pensant à respirer amplement et à maintenir le gainage au niveau abdominal lorsqu'il va ranger son matériel dans la sellerie.

 

Conclusion

« La préparation physique est à la performance sportive ce que la grammaire est à la poésie… » (F. AUBERT).

 

Pour aller plus loin

Site de l'Institut Français du Cheval et de l'Equitation (IFCE), dossier "La santé du cavalier" :