Pathologies cardiaques

Introduction

Quelle attitude adopter face à la pratique de l’équitation devant des pathologies cardiaques ?

En fonction de la pratique de l’équitation (loisirs ou compétition), et des types de pathologies présentés par le cavalier (hypertension, insuffisance coronarienne ou valvulaire), le certificat de non-contre-indication à la pratique de l’équitation sera adapté à chaque cas.

Dans tous les cas, un bilan cardiologique complet (ECG, échocardiographie, épreuve d'effort) et un suivi cardiologique régulier sont nécessaires.

Trois pathologies cardiovasculaires sont développées ci-dessous.

 

Hypertension

L’activité physique régulière réduit la pression artérielle. Toutefois, le cavalier souffrant d’hypertension doit être attentif aux points suivants :

  • Le cavalier doit respecter des règles hygiéno-diététiques ;

  • Si le cavalier pratique de la compétition, les diurétiques et les bêtabloquants faisant partie de la liste des produits dopants sont à éviter, une alternative thérapeutique est recommandée. Dans tous les cas, le cavalier doit demander l'avis de son médecin et/ou de son cardiologue pour l'aptitude à la pratique de la compétition et s’assurer d’un suivi régulier en vue d’une stabilité de ses chiffres tensionnels.

 

Maladies coronariennes

Pour le cavalier coronarien, la pratique de l’équitation représente un exercice physique bénéfique qui va lui permettre d'améliorer sa qualité de vie, sa symptomatologie fonctionnelle et lutter contre la sédentarité.

  • Tout coronarien doit bénéficier d'un bilan cardiologique complet avec ECG échocardiogramme, épreuve d'effort et bilan biologique.

  • Concernant la pratique de l’équitation, le cavalier coronarien doit préciser son passé sportif, son niveau technique (galop), ainsi que ses objectifs (loisirs ou compétition). Attention, la compétition et le stress imposent une contrainte en principe inacceptable chez le coronarien.

  • Concernant le cavalier relevant d'un infarctus ou d’un pontage, la réadaptation cardiaque est conseillée et reste indispensable s’il souhaite reprendre le sport.

Dans tous les cas pour le cavalier coronarien, récent ou ancien, l'avis du cardiologue est indispensable pour la pratique de l’équitation.

 

Valvulopathies

Un bilan cardio-vasculaire complet est indispensable chez tout cavalier porteur d'une valvulopathie.

Une fois le diagnostic établi, le type de valvulopathie (rétrécissement aortique, fuite mitrale…), les décisions thérapeutiques et la non contre-indication à la pratique de l'équitation découleront essentiellement de l'échocardiogramme de repos.

Un bilan cardiovasculaire complet sera établi et si les résultats restent satisfaisants pour l'ensemble des examens réalisés, le cavalier pourra pratiquer l’équitation, après avis favorable de son cardiologue.

La prise d’anticoagulants, pour trouble du rythme ou valve mécanique, interdit la pratique de l'équitation en raison des risques de chute.

 

Conclusion

Globalement, le cavalier présentant une pathologie cardiovasculaire peut pratiquer l'équitation. En revanche, la compétition reste contre indiquée, en particulier chez le coronarien.

Enfin, plus que tout autre, le cavalier coronarien doit être vigilant, ne pas dépasser ses capacités physiques et surtout consulter très vite en cas d'apparition de signes fonctionnels (douleurs dans la poitrine, essoufflement..).

Un suivi médical et cardiologique régulier reste indispensable pour permettre au cavalier cardiaque de pratiquer l’équitation.

 

Bibliographie

  • CHEVALIER L.,

     Clinique du sport - Bordeaux Mérignac

     Quelle pratique sportive pour le valvulaire?

     Médecins du Sport 9/2013,N°112,32-33

  • DOUTRELAU S.,

     CHU Strasbourg-service de physiologie et d'exploration fonctionnelle

     Quelle pratique sportive pour l'hypertendu

     Médecins du sport 9/2013,N°112,29-30

  • GERARDIN B.,

     Clinique Ambroise Paré, Hôpital de Neuilly, Neuilly/Seine

     Quelle pratique sportive pour le coronarien

     Médecins du sport 9/2013,N°112,30-31-32